b



Accueil Profil Livres Articles Sites Cuisine Voyages Contact Actualité

Signes distinctifs imposés aux Juifs durant l'histoire

 

MES ORIGINES

Ma marocanité
Going Back to Rabat
Vieux cimetière juif de Rabat
Patronyme Amiel
Histoire des Juifs
Histoire des Juifs du Maroc
Les "Signes" des Juifs
Juifs d'Amazonie - Iquitos
Bible - Exégèses
Mon grand-père en Amazonie
Interview sur Rafio Judaica Lyon par Catherine Elmalek
 

 





 

 

 

Nous avons peu de représentations
de ces signes avant le Moyen-Age.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rouelle



 

 

 

 

 

 

 

 

 


Judenhut

 

 

 

 

Etoiles

Allemagne


Belgique

Croatie

 


 

Hollande


France
 

 

tatouage

Auschwitz

 

 

Plutôt que poser la question du pourquoi différencier les Juifs des autres hommes (très largement débattue et commentée), j'ai pensé qu'essayer de retrouver les signes distinctifs qui leur avaient été imposés pouvait être une voie originale et intéressante de recherche.
Je suis probablement loin d'avoir recensé tous ces signes. Toute aide sera la bienvenue.

Les signes distinctifs que les Juifs ont été obligés de porter tout au long de leur histoire sont divers. Leur origine vient pour une part de marques d'infamie déjà existantes, comme par exemple la rouelle symbolisant les trente deniers de Judas, ou la couleur jaune, associée aussi à Judas (souvent habillé d'une robe jaune), cette couleur étant généralement associé au soufre, à Lucifer, aux faux-monnayeurs et aux traîtres.

Notons que ces obligations n'ont pas toujours été observées par les Juifs.
A de nombreuses reprises, des rappels à la loi étaient promulgués.

VIe siècle avant notre ère
à Athènes, les Juifs sont obligés de porter un signe qui les différencie (lequel ?)

201 avant notre ère
Ptolémée Philopator ordonne aux Juifs d’Égypte d’adorer les dieux grecs sous peine d’être marqués avec un fer chaud qui imprimerait sur leur front l’image d’une feuille de lierre, plante consacrée à Bacchus.

616 de notre ère
L'empereur Héraclius oblige les Juifs à porter des vêtements distinctifs, et leur interdit de posséder des armes.

634
Pacte d’Omar (douze ans après l’Hégire) : les Juifs doivent présenter sur leurs vêtements un signe distinctif afin qu’ils puissent être reconnus dans la rue (une rouelle ?).
Le signe distinctif devait être de couleur jaune pour le juif, bleu pour le chrétien et rouge pour le zoroastrien.
Dans certaine régions, ils doivent porter une cordelette avec un signe autour du cou.
Autres interdictions : passer à la gauche d’un musulman, sortir du quartier juif chaussé, souiller un musulman par un contact humide.

807
Haroun Al-Rachid ordonne que les juifs portent des ceintures blanches et les chrétiens des ceintures bleues.
Plus tard, c’est le port d’un chapeau jaune qui devient obligatoire.

849
En Egypte musulmane, juifs et chrétiens ne peuvent porter que des turbans et ceintures de couleur jaune, puis un insigne jaune sur leur poitrine"

1005
En Egypte, le calife El-Hakim décrète que les juifs doivent porter des cloches à leur ceinture, et arborer autour du cou une figurine en bois en forme de veau lorsqu’ils se baignent.
Les Juifs d'Irak sont obligés de porter un signe distinctif jaune sur leurs vêtements.

1165
Au Maroc, sous la dynastie des Almohades (où le Dayan de Fes est brûlé vif)
, les juifs doivent porter une gabardine (manteau bleu et large), et se couvrir la tête d'un châle jaune).
Dans d'autres pays musulmans, les juifs sont obligés de porter une ceinture appelée "Zonnar"

1215
Le Concile de Latran oblige les Juifs à porter "un habit ou un signe distinctif" : la rouelle, symbolisant les 30 deniers de Judas, en tissu de couleur jaune.
En France il était jaune pistache, plus tard en rouge blanc.
En Angleterre, il a pris la forme de deux bandes ou raies, d'abord de blanc, puis de jaune.
Dans le règne d'Edward II, il a la forme des Tables de la loi.
Ces signes vestimentaires distinctifs ne sont pas uniformes dans le royaume : plus tard, le bonnet pointu, le « bonnet juif » s'impose.

1267
Le Concile de Vienne en 1267 ordonne le port d'un chapeau particulier, le Judenhut (bonnet pointu).

1222
En Angleterre, dès 1222, les juifs, par ordre de l'archevêque de Canterbury, étaient obligés de porter un signe.
Ce signe, qui était d'abord une bande d'étoffe blanche, puis jaune, fut plus tard, sous Edouard Ier, une bande de feutre de couleur safran.
En Allemagne le signe était, au XIIIe siècle, un chapeau rouge et pointu.


1232,
Raymond VII, comte de Toulouse, et le légat du pape imposent le port de la rouelle aux juifs de plusieurs villes méridionales.
A Marseille, les juifs avaient le choix entre le chapeau jaune et la roue.
Pour la femme, la roue était souvent remplacée par une espèce de voile.

1233
A Naples, Frédéric II introduit la rouelle vers 1233, et le concile de Piazza l'impose aux juifs de Sicile en 1296.
A Venise, un chapeau roux remplace la rouelle.

1267
En Allemagne, c'est un chapeau que doivent porter les Juifs : le « Judenhut » est imposé par un décret du Concile de Vienne en 1267.
C'est un chapeau plat surmonté d'une tige avec une boule (pourquoi ?) comme on le voit très bien sur les armoiries suivantes où trois chapeaux juifs sont représentés.

1269
En France, "Saint Louis" ordonne en 1269 le port de deux signes jaunes l'un dans le dos, l'autre sur le poitrine, à partir de 14 ans.

1279
L'abbé de Saint-Antonin de Pamiers réduisit cette marque à une rouelle étroite, à peine visible.

13ème siècle
Dans l'Allemagne du XIIIe siècle, un couvre-chef conique fut l'insigne infamant.
En Pologne, un chapeau pointu.
En Espagne, le sanbenito, sorte de vêtement grossier et solide orné d'une croix de Saint-André, est imposé aux Juifs par l'inquisition.
Le concile de Latran IV oblige les Juifs à porter la barbe comme la portent les intégristes.

XIVème
Appartenant à la maison de Savoie, du XIVème siècle, la ville de Nice n’a jamais chassé les Juifs, et, bien qu’ils aient été obligés de porter un signe distinctif, un chapeau pointu, ils bénéficièrent de privilèges assez larges, notamment en ce qui concerne la liberté du commerce.

1371
Les Juifs doivent "porter un signe qui fasse qu'on les reconnaisse et qu'on les différencie des autres." On les appela alors "les juifs marqués" (judíos de señal).

1394
Un édit de Charles VI bannit de France les Juifs, qui avaient déjà été proscrits plusieurs fois. Sous Philippe le Hardi, ils avaient été obligés de porter une corne sur la tête : il leur était défendu de se baigner dans la Seine.

1405
Ordre de porter une rouelle rouge sur l'épaule droite.

1408
Ordre de porter un signe distinctif de tissu bleu en forme de demi-lune dont les pointes se touchent presque et semblent former un cercle."
Les juifs doivent porter un signe distinctif sur leurs habits, une petite roue (rouelle) rouge et blanche.

1492,
Au Maroc, les Juifs étaient obligés de porter des habits ternes et de se déplacer â dos d'âne, les jambes pendantes d'un seul côté.

1516
Venise, décret du 29 mars qui fonde le Ghetto.
Pour circuler hors du Ghetto, les juifs sont obligés de porter un cercle de couleur jaune, bien visible sur leurs vêtements et aussi un chapeau rouge pointu à bord relevé, et une ceinture à frange.

1524
En France, obligation de porter un chapeau jaune pour les hommes et pour les femmes une coiffe, puis ensuite un noeud jaune.

XVIème siècle
A Prague, ils devaient porter une étoile jaune.

XVIIe siècle
A Carpentras, les hommes juifs étaient obligés de porter un chapeau de couleur jaune pour se déplacer.
Ils devaient aussi assister à des sermons chrétiens. Seuls les métiers autorisés par le pape leur étaient accessibles. Les habitants des carrières vont donc se spécialiser dans la friperie et le prêt.
A Venise, l'obligation du port du chapeau dura jusqu'à la fin du XVIIIème siècle.

XVIIe et XVIIIe siècles, les juifs de Tunisie devaient porter la chechia de couleur noire à la différence de celle des musulmans, rouge.
Les juifs italiens devaient porter des chapeaux ronds comme les marchands chrétiens mais au début du XIXe un bey leur imposa le port d'une calotte blanche.

Avant la Révolution
Les Juifs devaient toujours porter un chapeau jaune et les Juives, un foulard de la même couleur en travers de leur poitrine.

1797
Quand Napoléon et son armée entrèrent à Ancône, il fut frappé de constater que certaines personnes portaient des bonnets jaunes et des brassards avec l'étoile de David.
Napoléon ordonna immédiatement que les bonnets jaunes et les brassards soient enlevés et il les remplaça par la rosette tricolore.
Il supprima le ghetto et donna des instructions pour que les Juifs puissent pratiquer ouvertement leur religion et vivre librement là où ils le souhaitaient. Les Juifs d'Ancône furent surpris et ravis de constater que les premiers soldats français qui entrèrent dans le ghetto étaient des Juifs.
Plus tard, Napoléon libéra également les Juifs des ghettos de Rome, Venise, Vérone et Padoue.
Le "Libérateur de l'Italie" abolit les lois de l'inquisition, et les Juifs furent enfin libres.

1892
Les Juifs Iraniens sont obligés de porter une marque distinctive, ils avaient l’interdiction de sortir les jours de pluie (pour que leur impureté ne se répande pas en ville), n’avaient pas le droit de marcher devant un musulman ou d’élever une belle maison.

1918
Au Maroc, les juifs etaient obliges de marcher pied nus, dès qu'ils sortaient de leur quartier. On les voyait enlever leur babouches noires (en dehors du Mellah) par distinctions de celles des musulmans qui seuls avaient le privilege de les porter jaunes..."

1940
Tous les Juifs et Juives seront obligés de porter un brassard blanc d'une largeur de 10 cm au moins sur la manche droite de leur vêtement ou pardessus.

1941
En Croatie occupée par les Oustachis, les Juifs étaient obligés de porter sur le revers de la veste une bande de couleur bleue avec la lettre majuscule 'P' (Pravoslavni - orthodoxe)

1942
Le 29 avril 1942, les Juifs furent obligés de porter l’étoile jaune. La déportation des Juifs des Pays-Bas commença à l’été 1942.
A Auschwitz, un numéro est tatoué sur les bras des Juifs.